Si l’histoire de cette ville unique est fascinante, il en va de même pour la capacité de l’architecture à s’adapter à des exigences de construction aussi uniques.

Le choix d’utiliser ces sols est une combinaison de facteurs techniques et esthétiques.

Un aperçu sur le terrazzo alla Veneziana permet d’avoir une idée précise du style.

Comment est-il alors réalisé ? Pour ce faire, il est important de jeter un coup d’œil sur quelques-unes des récentes réalisations de terrazzo alla Veneziana de style moderne ou contemporain.

Quand la terrasse est-elle née ?

La technique du “terrazzo”, qui consiste à étaler une couche de matériaux puis à les lisser ou les lisser sur place, est l’une des plus anciennes de celles appliquées dans les sols artistiques, déjà décrite par Pline et Vitruve.

Sous la forme d’opus signinum et de “cocciopesto”, c’est l’un des revêtements les plus utilisés dans les bâtiments résidentiels grecs et romains.

La terrasse survit même à l’époque médiévale sous une forme simplifiée, le plus souvent sous forme de mortier battu et de chaux.

À Venise, il est appelé Paston ou Pastellon et était déjà très répandu au XIIe siècle.

Dans le cocciopesto et le terrazzo alla Veneziana, cette dernière version se répandant au XVe siècle, plus élaborés et plus polis, les interprètes s’efforcent surtout d’obtenir une répartition homogène (semis) des éclats de pierre et de marbre.

Mais avant de comprendre comment on est passé, à Venise, du battage de la chaux au pastellon (cocciopesto) au terrazzo alla Veneziana, il est nécessaire de répondre à une autre question : Pourquoi le terrazzo alla Veneziana s’est-il répandu à Venise ?

Le sol de style vénitien et Venise

Venise vit sur des réflexes.

Ses palais se reflètent dans l’eau qui met en valeur, si besoin était, la beauté intemporelle d’une architecture audacieuse.

Comment une ville aussi narcissique, née pour être admirée, ne pourrait-elle pas tomber amoureuse d’un sol qui capte et photographie, grâce à son éclat, les reflets bleus du ciel à travers les grandes fenêtres ?

Et puis, la lumière, que cet étage est capable de capter et de faire rebondir entre les murs de ces bâtiments serrés.

La lumière est un cadeau précieux à Venise, les fenêtres s’élèvent si haut pour la capter et on avait besoin d’un sol qui puisse la projeter partout, cette lumière.

Vénitien :Une œuvre d’art

Mais ce ne peut être un simple étage !

On est  habitué au miracle de pouvoir transformer d’humbles objets, comme un verre, en petites œuvres d’art grâce à Venise.

Le contour d’une fenêtre peut devenir une histoire de pierre, capable de s’exciter après des centaines d’années.

Il en a été de même pour le sol vénitien : La sensibilité et le talent de ce peuple ont su transformer en une véritable œuvre d’art cet humble sol, né en utilisant des déchets de marbre, ne se contentant jamais du résultat mais l’améliorant sans cesse, générant de véritables chefs-d’œuvre.

Le sol vénitien : Les origines

L’histoire de la terrasse apprend que l’origine de cet étage vient du pastelòn (en langue vénitienne “pastelòn”).

Ce dernier est dérivé du cocciopesto, un revêtement de sol fréquemment utilisé à l’époque médiévale dans les bâtiments vénitiens et caractérisé par le fait que la finition de surface est de couleur chaux, rouge, verte ou jaune.

Vers la fin du XVe siècle, le terrazzo alla veneziana est né du pastelòn.

L’invention semble être le résultat de la contribution des ouvriers frioulans qui avaient réalisé une variante : L’insertion, dans la dernière couche du revêtement de sol, de fragments et de grains de marbre de différentes couleurs.

Ce type de pavage s’est rapidement répandu à partir du milieu du XVIe siècle, au point de donner naissance à la “schola dei terrazzezzieri”.

La terrasse devient une fresque décorée

La technique s’est perfectionnée au fil du temps : Les ouvriers du terrazzo ont arrangé les écailles de plus en plus précisément jusqu’au XVIIIe siècle, où la décoration a atteint des sommets artistiques qui suscitent encore aujourd’hui l’admiration.

La veneziana : Pourquoi à Venise ?

Pourquoi à Venise ? Pourquoi le terrazzo alla veneziana s’est-il répandu si largement jusqu’à devenir le sol le plus utilisé pour le revêtement des “soles” en bois vénitien ?

Les aspects esthétiques sont certes importants, mais dans cette ville si belle et si particulière, il fallait des raisons techniques pour adopter un sol si particulier et si laborieux à poser.

Bien évidemment, il y a principalement trois facteurs techniques.

► SUPERFICIE CONTINUA

Le store vénitien (chaux) permettait de le poser en surface continue, sans joints ni raccords, sur de très grandes surfaces.

Pensez à ceux du Palais des Doges et en particulier à celui de la Salle du Grand Conseil, plus de 1300 mètres carrés sans même un joint.

Les joints, dans un palais qui repose sur des échasses enfoncées dans la boue, peuvent être élargis pour devenir des fissures qui deviennent difficiles à nettoyer.

La surface continue est plus hygiénique et plus facile à maintenir propre.

► PAVIMENTO FLESSIBILE

La deuxième raison est que le store vénitien à base de chaux a la capacité de s’adapter sans se casser.

Il s’agit d’un plancher flexible qui réagit aux changements structurels des palais vénitiens en s’adaptant.

Les mouvements sont dus à l’affaissement du sol boueux sur lequel les poteaux sont fixés pour créer les fondations.

Les palais vénitiens sont presque toujours sujets à des déformations structurelles, dans certains cas très évidentes, et ce sol parvient à suivre ces déformations sans fissures.

COLLABORA ALLA SOLIDITÁ

La troisième raison est que le poids considérable d’un plancher de style vénitien réparti sur l’ensemble du plancher en bois qui le supporte rend le bâtiment plus stable.

En bref, le poids du plancher vénitien, qui devient une charge placée sur le sol, maintient les poutres fixes et reliées aux murs, évitant ainsi leurs mouvements.

De Venise au monde

Les ouvriers du terrazzo vénitien, après la chute de la République Sérénissime, ont commencé à voyager dans toute l’Europe à la recherche de travail et ont répandu ce sol dans le nord, en Allemagne, au Danemark, en Pologne et en Roumanie.

Fin 1800, le ciment a remplacé la chaux dans l’exécution de la terrasse, et au début de 1900, la ponceuse électrique a été inventée.

Ces deux innovations ont facilité l’exécution de la terrasse, qui a également émigré en Angleterre et même aux États-Unis, atterrissant également à la Maison Blanche, où certaines pièces ont été faites sur la terrasse.

Le Vénitien aujourd’hui

L’histoire d’amour entre les Vénitiens et le sol vénitien se poursuit encore aujourd’hui.

Il y a toujours de nombreux sols en “terrazzo alla Veneziana” qui sont réalisés chaque jour dans toute la région de la Vénétie.

Non seulement dans des palais luxueux, mais aussi dans des appartements, des maisons, des fermes rustiques et des villas modernes…

La femme vénitienne continue à répandre des reflets de lumière et des éclairs de ciel bleu dans les maisons de Vicence et de Vérone, de Padoue et de Trévise… racontant à ses fiers clients une longue histoire d’amour née sur les bords des canaux de la plus belle ville du monde.